Rechercher :

Quartier Girodet, allée du Concept, bâtiment A - 26500 Bourg lès Valence Contactez-nous Espace membres
Accueil > Actualités > Agenda > Réception de Thomas Joulie

Agenda

le 20 janvier 2020

Réception de Thomas Joulie

Le 11 janvier 2020, à Romans, l'Académie drômoise accueillait un nouveau membre, Thomas Joulie.

Discours par Alain Balson

Cher Thomas,

C'est un grand plaisir pour moi de t'accueillir au sein de notre Académie drômoise à laquelle j'appartiens depuis bientôt 35 ans, déjà !

Nos familles se connaissent depuis trois générations, au moins.

Ton arrière-grand-père Émile Joulie, dit l'Agricole car il vendait des machines du même nom, a été élu à la mairie de Valence en 1879 en même temps que mon propre arrière-grand-père maternel, Marius Mirabel-Chambaud. Ils ont été réélus en 1881, 1884, 1888 1892, 1894 et 1896 (les mandats municipaux n'avaient alors pas la même durée qu'aujourd'hui). Lui aussi, comme ma branche paternelle, était d'origine aveyronnaise.

Émile a eu un fils, Henri, né en 1877 et mort en 1969 qui sortait des Beaux-Arts de Paris et s'est illustré à Valence avec la construction de villas, dont la villa Cessieux. Lire à ce sujet l'article que lui a consacré Daphné Michelas, notre consœur, dans la Revue drômoise de décembre 2017, et ma propre notice publiée dans les Cahiers drômois 2013. On l'a dénommé le Franck Wright français, ce qui n'est pas un mince compliment. Les deux fils d'Henri, Jean-Pierre et Michel ont suivi les traces de leur père.

L'aîné, Jean-Pierre, ton oncle, est devenu architecte des Bâtiments de France à Valence et Michel, ton père, a ouvert un cabinet rue Émile-Augier.

J'ai connu tes parents car ils appartenaient au même cercle amical de bridge que les miens et il m'est arrivé de "faire le quatrième" comme on disait quand il y avait une défection.

Un autre élément nous rapproche. J'ai été élu à Valence en 1971, chargé des affaires culturelles pendant les six ans de mon mandat. (un petit clin d'œil, au passage, à Annie Mazuray qui m'a succédé dans cette fonction en 1977).

De ton côté, tu as été élu en 1995, onzième adjoint de Patrick Labaune, chargé de la culture. Sixième adjoint sous son second mandat de 2001 à 2004, puis quatrième adjoint sous le mandat de mon épouse, de 2004 à 2008, toujours, bien sûr, chargé de la culture.

On te doit à ce titre la création de la Maison de la Musique & de la Danse au Polygone, la rénovation fort réussie du théâtre de la ville, la création du Centre dramatique national Drôme-Ardèche, le suivi de la rénovation, elle aussi très réussie, du Musée, cher à Hélène Moulin avec laquelle vous avez fait un tandem tenace. Je citerai encore la rénovation de la façade de la chapelle des Dames de Soyons, dans la Basse-ville et j'en oublie, sans doute…

Tu es né en 1961. Tu as suivi tes études au Lycée Émile-Loubet, ponctuées par un baccalauréat C en1980. Dans le même temps, tu étudiais le dessin à l'École d'Art de Valence, sous la direction de Mme Bayle.

Tu es parti pour Paris à l'École d'architecture Paris La Seine où tu as obtenu le diplôme d'architecte DPLG avec félicitations du jury. Mais, comme si cela ne suffisait pas, tu obtenais aussi un diplôme en sciences du bâtiment à l'École nationale des Ponts et Chaussées tout en suivant des cours de dessin à l'Académie Anquetin, dans le 6e arrondissement de Paris. Ajoutons, pour être complet que tu es, à cette période, salarié au cabinet de Jean-Claude Rochette, inspecteur général des Monuments historiques aux Invalides.

Il te fallait encore remplir tes obligations militaires (le service national n'a été suspendu - car il n'est pas supprimé - qu'en 1997). Après les inévitables classes au 5e régiment du Génie, à Versailles, tu as été affecté à la mission du Premier ministre, dite "Banlieues 89" avec l'architecte Roland Castro, au parcours politique agité, et l'urbaniste Michel Cantal Dupart qui a travaillé avec Jean Nouvel.

En 1987, tu entres à l'ancien cabinet de ton père, puis tu deviens assistant de direction dans une entreprise générale de bâtiment à Valence.

En 1991 et pendant quatre ans, tu es architecte associé à Tournon puis, de 1996 à 2002, tu prends ton indépendance. Cette même année 2002, tu fondes l'atelier d'architecture qui porte ton nom. Il comprend 6 personnes dont un architecte centralien, 4 architectes et une responsable administrative et financière.

Suivant la tradition de tes père et grand-père, tu réponds à une clientèle privée mais aussi à des commandes de locaux à vocation culturelle ou cultuelle.

Voilà, en quelques phrases, résumée une activité dont la richesse entre parfaitement dans le cadre des objectifs de notre Académie.

Réponse par Thomas Joulie

Mesdames et messieurs les membres de l'académie.

Je suis très heureux en ce jour du 11 janvier 2020 de faire partie de votre académie composées d'amoureux et d'érudits de la Drôme.

Vous êtes toutes et tous des personnes qui développez des connaissances et savoir faire spécialisés sur la Drôme et sur celles et ceux qui y ont vécu. Vous avez pour passion de poursuivre ces recherches et de les diffuser entre nous et à un large public.

Ces connaissances précises, érudites nourrissent cet amour du pays et c'est ce que je partage avec vous, avec une grande force depuis longtemps. Je n'aurai aucune diificulté à militer pour la Drôme car j'ai le sentiment de le faire déjà mais vous m'apporterez plein de connaissances qui me manquent aujourd'hui pour mieux en parler.

Sur un plan professionnel, lorsque Paul Valery affirme que "de tous les actes, l'acte de bâtir est le plus complet (Eupalinos ou l'architecte) il montre bien que cette connaissance intime du territoire de sa mémoire, de ces différentes caractéristiques est la condition nécessaire pour exercer ce métier exigeant d'architecte qui est le mien. Aujourd'hui, s'insérer dans un contexte physique mais aussi humain est une préoccupation qui prend une vigueur nouvelle et pas seulement pour les architectes.

Grâce à vous, à vos éruditions je pourrais peut être mieux connaitre ce qui "fait" la Drôme et ajouter des connaissances qui m'échappent aujourd'hui au service des usagers et des publics pour lesquels je travaille.

Remerciements personnalisés.

À Mme la présidente,

Je vous remercie de votre extrême délicatesse et de l'honneur que vous me faite de m'accepter comme membre de l'académie. Veuillez recevoir ma reconnaissance dévouée.

À Alain Balsan, mon "parrain"

J'ai été très touché, évidemment de ta présentation, en mettant en parallèle nos deux familles sur plusieurs générations. Tu as montré comment se concrétisait cet amour du territoire dans nos familles par divers engagement, mais aussi les façons de vivre d'avant.

Merci cher Alain de ton parrainage qui m'oblige.

Merci chère Léna, c'est sous ton autorité politique que nous avons pu oeuvrer ensemble et avec d'autres sur plusieurs projets Valentinois. Nous avons eu la joie et la responsabilité de conduire le projet de rénovation du musée à notre façon avec le souci constant d'exprimer l'identité du territoire.

C'est bizarre mais je n'ai pas encore eu de retour négatif et pourtant l'esprit critique de nos concitoyens est parfois fort développé. Ce ressenti montre peut-être que nous avons réussi à toucher le public en lui parlant de qui nous sommes sincèrement.

Merci de cette belle complicité et de ce qu'elle a produit.

À Daphné Michelas,

Merci chère Daphné. Tu suis la famille Joulie depuis longtemps et nous avons tous beaucoup d'affection pour toi, car paradoxalement c'est toi qui nous as fait découvrir les oeuvres de nos propres parents. Nous prolongeons ce travail maintenant pour les architectes Valentinois ce qui intéresse directement l'académie et nous en sommes très heureux.

À Hélène Moulin Stanislas,

Merci chère Hélène,

Je pourrais redire pour vous ce que j'ai dit plus haut à Léna Balsan concernant le nouveau musée de Valence. je voudrais aussi ajouter qu'avec Jean Paul Phillipon l'architecte du musée vous avez constitué un couple décisif pour la qualité du travail final. Et évoquer enfin toutes les expositions que vous avez créées au musée de Valence qui étaient le plus souvent en rapport étroit avec la Drôme et son histoire.

À Sylvaine Boige-Faure et Alain

Merci chère Sylvaine et Alain,

Je vous sais très amoureux de la Drôme, surtout vers les collines du nord et aussi très généreux avec les artistes plasticiens et musiciens.Vous savez encourager et soutenir les architectes aussi dans leurs oeuvres, même quand c'est difficile, alors un grand merci pour tout le bien que vous faites autour de vous.

Vive l'académie de la Drôme !

Diaporama

Cliquez sur une image pour agrandir